Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

Un dessin de Giacometti vendu 105 000 €

Giacometti, 1941, Tériade

Un dessin d’Alberto Giacometti datant de 1941, représentant son éditeur et ami Tériade, a été adjugé lundi 105 000 euros, hors frais, lors de la 23 e vente aux enchères au château de Cheverny (Loir-et-Cher).

Ce dessin au crayon et gomme sur papier

vélin a été acquis par un acheteur grec anonyme. Au prix marteau de 105 000 euros, il convient d’ajouter 24 % de frais.

Sur les 20 dessins du sculpteur et dessinateur suisse présentés à la vente, un dessin d’après une sculpture de la déesse Mout a été acquis, hors frais, pour 60 000 euros et deux autres l’ont été pour 40 000.

Les autres œuvres ont été acquises pour des prix allant de 3 000 à 5 000 euros. Un seul dessin présenté à la vente n’a pas trouvé preneur.

Ces 20 dessins originaux d’Alberto Giacometti (1901-1966) avaient été offerts par l’artiste à son éditeur Tériade puis étaient devenus la propriété d’une famille grecque qui a souhaité s’en dessaisir.

Ces oeuvres ont été analysées et expertisées par des étudiantes en histoire de l’art de Tours, dans le cadre d’un partenariat avec l’université tourangelle. Un tel partenariat entre commissaire-priseur et université, fréquent dans les pays anglo-saxons, est très rare en France, selon le commissaire-priseur Aymeric Rouillac.