Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

Israël

2012, l’année des élections

L’élection française, américaine et maintenant israélienne.

2012 est l’année du dragon dans le calendrier chinois. C’est également celle de l’entrée dans l’arène de l’animal politique, se battant pour les échéances électorales dans un pays de plus d’ici décembre. La crise gouvernementale qui se déroule actuellement en Israël propulse le pays vers plusieurs options. En premier lieu, une confirmation rassurante pour le Premier ministre Benjamin Netanyahou, lui permettrait de renforcer ses positions lors des prochaines discussions concernant le processus de paix et le dossier iranien. Cela, alors que d’anciens dirigeants militaires critiquent ouvertement sa politique. En cas de réélection aux Etats-Unis, Barack Obama pourrait contraindre Israéliens et Palestiniens à faire avancer les négociations pour aboutir à un plan de paix final. Le Président américain achève son premier mandat en étant perçu sur la scène internationale comme l’homme qui a tendu la main aux aspirations de changement de la jeunesse arabe et celui qui a continué le combat contre Al Qaida, en tuant notamment Ben Laden. La montée en puissance de la Chine et le développement d’autres crises internationales motiveraient Obama à mettre fin au conflit lancinant du Proche-Orient et à quitter le pouvoir en persuadant les deux parties à accepter une résolution proche de celle de Camp David II. Laquelle est également encouragée par les Européens, la France en tête, comme l’annonçait le discours du Président Sarkozy à l’ONU.

Netanyahou est aujourd’hui le favori des sondages, plus encore en que son parti politique. Shaul Mofaz, qui vient de remplacer Tzipi Livni à la tête de Kadima et Sheli Yachimovich, la dirigeante du Parti travailliste, n’ont pas encore réussi à convaincre les Israéliens de leur stature de dirigeants du pays. A cela s’ajoute la candidature de Yaïr Lapid, ancien journaliste comme Yachimovich, et personnalité très populaire en Israël. Il tente de redessiner les contours idéologiques, prétendant ainsi régler les conflits aussi bien internes qu’externes. A titre d’exemple, son plan pour incorporer les orthodoxes et les arabes israéliens au sein de l’armée. Lapid présentera le parti Yesh Atid à la prochaine Knesset

Autres éléments dans l’équation électorale : les revendications des symbioses minorités-idéologies incarnées notamment par les partis Hadash, Shas, et Yisrael Beitenu d’Avigdor Lieberman. Ce dernier, envisagera-t-il de faire à nouveau partie du gouvernement de son ancien mentor ? Ou tentera-t-il de former un bloc d’opposition à la droite du Likoud ? Ehoud Barak a quant à lui annoncé que son parti Atsmaout se présentera, réfutant les craintes d’une absorption par le parti de Netanyahou. Si les campagnes pour « tenir le pavé politique » vont s’intensifier, le Meretz et les mouvements orthodoxes s’affronteront aussi pour déterminer l’utilisation de ces rues et de la place des femmes dans la société, comme ce fut le cas l’an dernier à Beth Shemesh et Jérusalem. Une autre grande question demeure : le report électoral des revendications économiques de ces dernières années.

Les prochaines élections semblent donc inscrites sur le calendrier, suite à un accord entre les principaux partis de la Knesset. Elles se dérouleront le 4 septembre.