Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

Yaël Abecassis : « Quand on est israélien, on est prisonnier de guerre »

Rencontre avec la grande actrice israélienne, célèbre en France depuis son rôle dans Kaddoch (1999) et surtout dans Va, vis et deviens (2005). Elle incarne la femme d’un prisonnier de guerre dans la série israélienne Hatufim et revient sur les sujets difficiles évoqués dans celle-ci.

 

L’Arche : Vous êtes une des actrices les plus connues d’Israël. Vous êtes devenue célèbre dans le monde entier grâce à Hatufim, cette série diffusée sur Arte et qui traite du retour chez eux des prisonniers de guerre. C’est une série réalisée par Guidon Raff, et vous avez été désignée meilleure actrice de la télévision israélienne dans cette oeuvre qui a inspiré Homeland. Je précise qu’on a pu aussi vous voir récemment dans ce film qui se passe dans le milieu orthodoxe, Le coeur a ses raisons, et également dans les films d’Amos Gitaï, Kaddoch et Alila, et dans bien d’autres productions. D’abord un mot de vous. Vos parents sont nés au Maroc. Ce sont eux qui vous ont appris le français ?

Yaël Abecassis : Oui, absolument. Mes parents sont nés au Maroc. Ils sont arrivés en 1954 à Ashdod, et ils se trouvaient parmi un groupe de Français. Ils parlaient français entre eux, c’est comme cela que j’ai appris cette langue. Mais surtout ma famille, la famille Abecassis, est installée à Paris. C’est grâce à eux, et à mes parents que j’ai acquis cette langue, et heureusement pour moi.

 

Vous avez dit aussi que vous avez appris le français en regardant dans Paris Match les photos d’Alain Delon et Romy Schneider, en voyant les films de Claude Sautet et François Truffaut. C’est ce qui vous a donné envie de faire du cinéma ?

Ma mère est une chanteuse marocaine israélienne. J’ai grandi dans un milieu très bohème, et moi je voulais faire de la politique parce que, quand on est israélien, on est prisonnier de guerre. J’avais besoin de savoir que je faisais quelque chose de sérieux avec ma vie. Sincèrement, j’ignorais que j’allais m’engager dans ce chemin d’actrice. J’étais étudiante en histoire à l’Université de Tel Aviv. Mais c’est tout à fait vrai que les films de Sautet et Truffaut, dans cette langue française que j’aimais, m’ont permis de rêver. La beauté de Romy Schneider, et surtout sa manière de jouer, sa manière d’être, c’était comme une parenthèse de vacances dans ce quotidien très douloureux. Depuis toute petite, j’étais très réaliste. Et quand on m’a proposé de faire des auditions pour un film – j’avais vingt-trois ans, j’étais à l’Université –, je me suis dit pourquoi pas ? C’était très naïf parce que je ne viens pas de ce milieu, je n’ai jamais appris le cinéma, je n’ai jamais étudié le jeu d’acteurs. Parlant français, étant avec mes cousins dans cet environnement plus libre, plus philosophique, plus léger, cela m’a poussé vers l’action mais pas vers la politique, qui est une chose trop lourde à porter.

 

Vous dites aussi que vous aimiez écouter les musiques de Gainsbourg, de Brel, de Brassens dans votre enfance…

Oui, c’est surtout mon père qui écoutait ces chansons. Mon frère est d’ailleurs devenu musicien. C’est la musique de ma vie, bien entendu, en même temps que la musique arabe marocaine. Mais aujourd’hui, pour moi, jouer dans Hatufim, interpréter le personnage de Talia, c’est une combinaison entre la personne politique que je suis et l’actrice. Parce que j’ai apporté beaucoup de moi-même dans Talia. C’est une mère qui est elle-même prisonnière de guerre. Ce n’est pas quelqu’un qui rentre chez elle, qui ferme la porte et pour qui c’est un nouveau monde. Le monde intérieur et le monde extérieur, c’est le même monde. Étant Israélienne, son mari à la guerre, son fils qui va aller à l’armée, elle sait qu’elle est à la source, qu’elle doit se confronter à ce qui arrive. Le fait qu’elle soit femme ne la met pas à l’abri, ne la met pas à part. Et pour moi, c’était important d’apporter cela, l’identité de cette femme qui est prise par tout ce qui se passe dans le pays et tout ce qui se passe dans sa vie privée. C’était extrêmement fort de jouer cela. D’ailleurs, depuis, j’ai ouvert ma propre maison de production, et je me demande combien de montagnes peut-on déplacer ? Après Kaddoch, c’est le rôle le plus important dans ma vie. J’ai besoin aujourd’hui d’être loin de cela. Je produis des films beaucoup plus doux, plus français. Et j’espère apporter cette autre dimension, musicale, dans les films que je produis.

 

Dans cette série qui a conquis beaucoup de téléspectateurs en France, Hatufim, vous incarnez Talia, la femme, l’épouse qui attend son mari pendant 17 ans. La première fois qu’on vous a proposé le rôle, comment avez-vous réagi ?

D’abord, j’ai été étonnée qu’on fasse un film sur ce sujet. C’était un tabou. La télévision israélienne est une télévision de divertissement. En dehors du journal télévisé, on veut regarder le petit écran en mangeant des cacahuètes. On veut oublier qui on est. On veut oublier les Palestiniens, les juifs, les orthodoxes, Bibi, Rabin… on veut s’abstraire, avoir un moment de détente. J’étais donc étonnée que la télévision ait choisi de faire cette série, parce que le sujet des prisonniers de guerre est polémique chez nous. J’ai ressenti le besoin d’être dans cette aventure. Et de suivre ma conscience politique, mes idées socialistes, de les faire réagir aussi. Initialement, on m’avait proposé un autre rôle, celui de Nourit. Mais quand j’ai lu le scénario et que j’ai découvert le personnage de Talia, j’ai dit non, je veux jouer Talia. Pourquoi ? Je ne sais pas très bien, mais j’ai senti que cette femme, qui est à l’opposé de la femme telle qu’on la connaît, celle qui vit une vie de couple, qui a des besoins sexuels, qui a des relations humaines, j’ai eu envie de la jouer, envie de défendre ce rôle beaucoup plus que celui de Nourit. Heureusement que Guidi, qui est le réalisateur, ne me connaissait pas. Il vit en Amérique et il ne savait pas qui j’étais. Pour lui, j’étais une actrice qui venait faire une audition. Quand j’ai dit que je voulais jouer Talia, l’assistante qui s’occupait du casting m’a dit : mais Talia est une ashkénaze grosse. J’étais à l’époque très maigre et je suis très marocaine. Alors, j’ai dit : eh bien, je suis une ashkénaze grosse. Nous nous sommes vus ensuite avec Yoram Toledano, qui joue Nimrod dans la série, et on s’est dit que c’était pour nous. Et c’est vrai que cette série a eu des effets bouleversants, qu’elle a soulevé une émotion particulière, partout dans le monde. Elle a été diffusée dans 15 pays, et en Angleterre par exemple, c’est un succès énorme. De plus, là-bas, c’est diffusé en version originale, avec des sous-titres.

 

C’est un sujet très sensible en Israël, on l’a vu à travers les cas de Ron Arad ou de Guilad Shalit. Comment la série a-t-elle été accueillie en Israël ? Y a-t-il eu des réactions particulières, disons, de familles qui ont vécu cela ?

J’écoute beaucoup les gens dans la rue, et c’est sûr qu’au début, les gens ne voulaient pas affronter cela. On ne peut pas, c’est trop dur, on ne veut pas voir. En plus, Guilad Shalit était encore prisonnier. Dans la série, on montre tous les points de vue concernant le conflit. Mais en fin de compte, on est tous d’accord pour dire que le prix qu’on paye en étant un pays en guerre est trop élevé. Que le prix que les mères payent pour leurs enfants est tellement irrationnel. Pour moi, parler et écouter des gens qui pensent le contraire de moi est très important. D’ailleurs, à chaque minute, je change d’avis. Je n’ai pas un centre de pensée. J’ai mille côtés, mille échos en moi. J’ai rencontré des femmes de prisonniers de guerre. J’étais en contact avec Hezi Shaï qui était kidnappé et prisonnier en Syrie pendant trois ans, et avec sa femme Irit. C’est notre réalité en Israël. On vit cela tout le temps. Hier encore, la presse a révélé qu’on a tenté récemment de kidnapper d’autres soldats. Le choix de ne pas en parler du tout n’est pas une solution. C’est la peur qui gagne dans ces conditions. Je suis très fière de Hatufim qui a libéré cette parole. Et je suis surtout très fière que Guilad Shalit l’ait vu. Lors de la diffusion du premier épisode, on s’est demandé s’il allait pouvoir le voir. À sa libération, j’ai voyagé jusqu’à chez lui. J’ai été accueillie par Aviva Shalit qui a adoré le rôle que j’interprète. Qu’elle regarde cette série est une immense fierté pour moi. Qu’elle regarde et écoute cela. J’espère qu’on fera des séries sur d’autres sujets comme la paix. Sur l’amitié. Sur le développement commun d’Israël et de la Palestine. Que ça devienne notre réalité.

 

Ils sont apparemment 1 500 en Israël à avoir été prisonniers de guerre et à être revenus. On découvre dans Hatufim à la fois la violence de la détention et les traumatismes que provoquent les retours au sein des familles. Votre rôle est capital là-dessus. La série est-elle tirée de témoignages vécus ? Ces choses ont-elles été vécues ?

Oui.

 

Sous cette forme-là ? Avec la brutalité de ces images ?

Y a-t-il quelque chose de plus brutal que la guerre ? La brutalité se retrouve des deux côtés, de manière physique et psychique. Tout est vrai. Les deux côtés sont prisonniers de guerre. Les deux sont victimes. Les gens peuvent ainsi comprendre la responsabilité qu’on a vis-à-vis d’un pays en guerre. Il n’y a pas que cette face de la brutalité. La série est une grande métaphore sur la brutalité humaine.

 

Que pensez-vous de manière générale de l’évolution du cinéma israélien, où vous jouez un rôle capital ? C’est devenu un cinéma très prisé dans le monde, un cinéma d’avant-garde…

Étant moi-même partie prenante, il m’est difficile de porter un jugement sur cette évolution. Je viens d’ailleurs de terminer le tournage de deux films : Hunting Elephant de Reshef Levy (qui sort en juillet) et Dancing Arabs d’Eran Riklis. J’ai également tourné récemment avec des Arabes israéliens, qui produisent un très beau cinéma, libre, sans crainte de montrer certaines vérités. Il faut continuer à travailler, ne pas se laisser porter par la peur de ne pas être là demain. Il faut continuer à travailler. À faire du cinéma, même si les moyens financiers sont très limités.