Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

France

Importante manifestation pro-palestinienne à Paris

Cette fois-ci le rassemblement était autorisé par la préfecture. Après les violences antisémites qui ont marqué les manifestations interdites du week-end dernier, le défilé parisien (de la place Denfert-Rochereau aux Invalides) et ses 14 500 participants, selon la police, étaient placé sous très haute surveillance : quatre organisations (CGT, NPA, Nouveau Parti de Gauche et PCF) assuraient le service d’ordre avec l’appui de 1500 policiers dont 1000 en civil.  Un dispositif qui a permis d’éviter tout débordement, les rares frictions ayant été rapidement cadrées, tel un groupe de jeunes voulant brûler un drapeau israélien. Ils en ont été empêchés par les manifestants puis expulsés du cortège.

Les slogans entendus étaient les mêmes qu’à Barbès : « Israël assassin, Hollande démission » ou encore « Non à la barbarie sioniste » et « Hommage aux martyrs ». Des appels au boycott d’Israël ont également été lancés. Plusieurs responsables politiques de gauche avaient répondu présent à l’appel de l’Association France Palestine Solidarité, Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti Gauche, l’ancien ministre écologiste Dominique Voynet ainsi qu’une dizaine de députés socialistes ont défilé malgré l’appel de leur président de groupe à l’Assemblée, Bruno Leroux, déconseillant aux députés PS de descendre dans la rue, craignant qu’on vienne y « casser du juif, casser du socialiste ». Le cortège s’est dispersé dans le calme sur l’esplanade des Invalides vers 21 heures.

Si aucun débordement n’a été constaté, il y eut, plus tard dans la soirée, des violences clairement antisémites en plein quartier juif de Paris, rue des Rosiers. 16 personnes, majoritairement des mineurs, ont été interpellées après avoir tenté de forcer le rideau de fer baissé d’un restaurant en criant « Mort aux juifs » et « Israël assassin ». Empêchés d’entrer dans l’établissement par des jeunes du Betar et de la LDJ, les policiers venus en renfort les ont arrêtés.

D’autres rassemblements autorisés ont eu lieu dans le calme à Lyon, Lille et Toulouse, fédérant à chaque fois plusieurs centaines de personnes. Selon un sondage Ifop pour Le Figaro (du mercredi 23 juillet), 62% des Français se disent « plutôt favorable » à l’interdiction de ces manifestations car elles s’accompagnent de violences.