Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

France

Décès de Philippine de Rothschild

La « grande dame » des vins de Bordeaux, la baronne Philippine de Rothschild, s’est éteinte à Paris le 22 août 2014 à l’âge de 80 ans des suites d’une grave opération. Elle a été enterrée ce lundi à Pauillac.

Après une carrière de comédienne dans les années 50 à 80, sous le nom de scène de Philippine Pascal, durant lesquelles elle joua à la Comédie Française puis aux côtés de Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault, elle abandonna les planches en 1988, à la mort de son père, le baron Philippe de Rothschild, pour reprendre le prestigieux domaine familial du bordelais, le Château Mouton-Rothschild. Avec ses trois enfants, elle était également propriétaire de deux autres grands crus classés à Pauillac, les châteaux d’Armailhac et de Clerc Milon.

Fille unique, Philippine de Rothschild avait perdu sa mère, Elisabeth Pelletier de Chambure, déportée au camp de Ravensbrück et décédée en 1945. Durant la guerre son père avait rejoint le général De Gaulle en Angleterre. Elle avait épousé le comédien Jacques Sereys, dont elle eut deux enfants, puis l’universitaire et écrivain Jean-Pierre de Beaumarchais, avec qui elle eut aussi un enfant.

Au-delà de la femme d’entreprise qui, à la tête de la Société Baron Philippe de Rothschild, continua l’œuvre de son père en consolidant son expansion à l’international, c’est une « ambassadrice infatigable » des vins et de la culture française, une personnalité « percutante et drôle » et une « grande mécène » qu’ont salué les personnalités venues lui rendre un dernier hommage lundi 1er septembre, lors de son enterrement. La cérémonie, ouverte au public, s’est déroulée devant quelque 1500 personnes, personnalités artistiques, politiques et viticoles mais aussi de nombreux employés du domaine. Ce sont eux qui, vêtus de la tenue de travail bleu roi caractéristique des vignerons de Mouton-Rothschild, ont entourés, avec ses enfants et petits-enfants, son cercueil paré de fleurs blanches posé sur un tracteur jusqu’à sa tombe, tout près des vignes de son père.