Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

Exposition de Sela Wak à Rixensart

Lombreux : C’est demain l’anniversaire de notre petite Arlette, et je ne sais pas quoi lui offrir !
François Leclerc : Offrez lui une douzaine de roses, ça plait toujours, d’autant que je me suis laissé dire que vous aviez une jolie plume.
Lombreux : Quelques vers de mirliton. Mais écrire sur une douzaine de roses, c’est pas facile !
François Leclerc : Avec une seule, Ronsard s’est pas mal débrouillé.

Ce dialogue issu du film Le Corps de mon ennemi entre le patron d’une boite de nuit François Leclerc (interprété par Belmondo) et un des clients amouraché d’une serveuse pourrait très bien présenter le talent et l’originalité de l’œuvre de l’artiste Sela Wak. Car c’est justement le thème de sa prochaine exposition : les fleurs. Celle qui nous a habitués à suivre et capturer la nuit, à lui imposer ses ombres et lumières. Dans ses précédentes expositions, il s’agissait de faire une place aux femmes et aux enfants d’abord, sauvés, appelés par la caméra. Ceux qui se sauvent et qui n’ont pas toujours le temps ou l’opportunité d’être pris au sérieux, d’être épargné par la bêtise des hommes.
Mais ceux qui quelques séries de photos plus tard acceptent de les écouter et de les comprendre, le font face caméra en ces nuits avec casque sur la tête et regard fixé sur la scène où apparaissent les femmes et leurs rêves. Sela Wak surgit, immortalise et partage ces instantanés. Au petit matin, elle dépose les photos dans des cadres et décide de réveiller les fleurs. C’est ce matin qu’elle nous présente actuellement et qui arrive le 18 mars à la galerie Tales of Us à Rixensart. L’exposition Secret Garden nous laisse le temps de voir et comprendre tout ce qu’on peut dire en image avec quelques douzaines de fleurs tutoyées la nuit.

Sela Wak, Secret Garden.
Galerie Tales of Us. 36 rue de l’Institut, Rixensart.

Du 18 au 20 mars 2016.