Emmanuel Macron à l’Arche : « Il y a un rejet de ce que la gauche propose »  | 

Le dernier numéro

mai 2017

N° 666

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Quelle actrice incarna le mieux à l'écran la mère juive contemporaine ?

Loading ... Loading ...

Axel Puvis de Chavannes en concert au Baiser salé

Une guitare fiévreuse à la main, Axel Puvis de Chavannes transpire ses albums, laisse couler cette énergie entre les sillons du disque et livre des sons bruts, rocks, comme les Rolling Stones dont il ne renie pas la paternité… artistique. Une vingtaine d’années déjà qu’il sort de sa guitare des sons méritoires aux publics de St-Germain et ne Navarre. Saint-Germain-des-Prés n’est pas qu’une référence nostalgique et, malgré la flambée des prix, des artistes en émergent encore et reviennent même saluer les scènes de leurs débuts, de la rue des Canettes notamment.

Pour ce nouveau concert, Axel Pus de Chavannes prend sa guitare et son passeport et franchit la Seine, ce qu’il fait d’ailleurs régulièrement mais cela allait dans le sens de ma narration. Par contre, la traversée musicale est bien inédite. Et mérite à elle seule le déplacement. Accompagné d’Hervé Poupon, Thierry Chauvet-Peillex et Cyril Barbessol, il remonte à certaines des racines du rock : le jazz. Il suit d’ailleurs ce soir-là Viviane Ginapé, jazzwoman en résidence au Baiser salé.

Pour celles et ceux qui se souviennent que l’histoire de la musique n’a pas commencée par des fauteuils retournés ou des « votes populaires » à deux Euros l’appel émis pendant les coupures publicitaires de telle chaîne télé. Qui estiment que la musique doit procurer, comme dirait Mick, une certaine satisfaction.

Jeudi 30 mars à 21h30.

Le Baiser salé, 58 rue des Lombards, 75001 Paris.