Les prédictions de Yuval Noah Harrari  |  Antoine et Simone au Panthéon  |  Erbil en fête  |  Rire de soi et de tout pour se reconstruire

Le dernier numéro

octobre 2017

N° 668

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Quelle actrice incarna le mieux à l'écran la mère juive contemporaine ?

Loading ... Loading ...
Littérature
Aucun commentaire

Un week-end littéraire

Le Salon des Ecrivains organisé par le Bnai Brith en est déjà à sa 22e édition. Rencontre avec Paul Krissi, le président de l’association Ben Gourion en charge de l’organisation.

 

L’Arche : Est-ce une mission importante pour vous de soutenir la culture ?

Paul Krissi : C ‘est une mission essentielle et la vocation première de notre association Ben Gourion (du Bnai Brith France).  La culture a pour vocation principale de donner du sens à tout ce qui concerne la vie Humaine, la volonté de vivre ensemble, le partage de valeurs communes. La culture est un pont entre les peuples, de toutes origines. Faut-il le rappeler, nous sommes souvent appelés le « Peuple du Livre »!

Comment expliquez-vous le succès du Salon des écrivains ?

Notre succès ne se dément pas après 22 ans d’existence. Plusieurs milliers de livres sont vendus en quelques heures. Romans, essais, histoire, biographie et livres « jeunesse »…
Combien d’écrivains attendez-vous ?

Nous recevons chaque année entre 80 et 100 auteurs . Nous avons eu le plaisir de compter ces dernières éditions, les présences de Simone Veil, Jacques Attali ou Elie Barnavi..Cette année Pascal Bruckner et Philippe Val seront présents et participeront à la conférence qui suit le Salon vers 18 h 30 toujours à la Mairie du 16eme arrondissement, dont il faut saluer l’accueil, aux côtés de Kathy Bisraor et Barbara Lefebvre.