Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

France

Charlie Hebdo sera en kiosque mercredi prochain

Pour montrer qu’ « ils n’ont pas gagné », la rédaction décimée de Charlie Hebdo a décidé de sortir son numéro la semaine prochaine. Libération a mis à leur disposition locaux et matériels afin que journalistes et dessinateurs, encore sous le choc, puissent travailler. Le quotidien avait déjà eu ce geste de solidarité lors de l’incendie du journal en 2011, après l’affaire des « caricatures ». Conscient de l’émoi national causé par l’attentat qui a fait douze morts, l’hebdomadaire satirique sera tiré à un million d’exemplaires, (60 000 en temps normal). En signe de soutien, la Banque Publique d’Investissement a décidé de prendre une cinquantaine d’abonnements pour ses 42 directions régionales.
L’émotion est toujours palpable devant le siège du journal dans le XIe arrondissement de Paris où des centaines d’anonymes déposent depuis hier fleurs, bougies, crayons et stylos, pour saluer la mémoire de toutes ces grandes figures de la presse nationale et satirique assassinées, tel Wolinski, Charb et Cabu. Tous les partis de gauche et de nombreuses associations appellent à une grande marche républicaine ce dimanche à 15h entre les places de la République et celle de la Nation.
Pendant ce temps la traque des deux terroristes se poursuit. Leur complice, âgé de 18 ans, s’est rendu à la police dans un commissariat des Ardennes la nuit dernière. Les deux hommes, surarmés et extrêmement dangereux, ont été formellement reconnus par le gérant d’une station-service de l’Aisne. Ils sont depuis ce jeudi après-midi pistés entre l’Oise et la Picardie par un important déploiement policier et militaire. A noter que pour la première fois le RAID et le GIPN travaillent ensemble dans la même opération. Un vaste coup de filet a permis d’arrêter sept proches des terroristes en banlieue parisienne et dans l’Est du pays. L’identification des deux hommes, deux frères, a été facilitée par la découverte de la carte d’identité de l’un d’eux dans la première voiture qu’ils ont volé hier. Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans. Chérif Kouachi était connu des services antiterroristes, condamné en 2008 pour sa participation à une filière jihadiste vers l’Irak. A Paris, où l’état d’alerte attentat est toujours de mise, la tension est extrême. Une policière municipale non armée a été tuée par un individu qui a pris la fuite à Montrouge ce matin, elle n’aurait, a priori, pas de lien avec l’attentat. Un agent de la voirie a été gravement blessé dans la fusillade. Dans le quartier de la Défense, le signalement d’un individu armé a créé la panique à la mi-journée, les employés de ce quartier d’affaires étant obligés de rester cloitrés dans leurs tours. Des mesures de précautions similaires ont été prises dans plusieurs écoles juives dans le nord de la capitale.
A midi, ce jeudi, une minute de silence a été respectée à travers toute la France, école et entreprises ; la RATP a stoppé le trafic des bus, tram et RER durant cette minute, le glas de Notre-Dame a retenti devant une importante foule silencieuse. Les drapeaux sont en bernes pendant encore trois jours.