Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

Jeremy Hababou : l’étoile montante du Jazz

Petit protégé d’André Manoukian, compositeur d’un premier album intitulé « Run Away », ce pianiste franco-israélien de 26 ans démarre une carrière sur les chapeaux de roues.

Grand chouchou des ondes de TSF Jazz et de France Inter, Jeremy Hababou enregistre en ce moment la bande originale du prochain film de Pierre Niney et Charlotte Gainsbourg, « La promesse de l’aube ». A 26ans, ce pianiste franco-israélien démarre une carrière sur les chapeaux de roues et pour cause, son premier album, « Run Away », est une petite merveille.

Comme une évidence, il en compose toutes les partitions. Pour ce disque, Jeremy Hababou retient quelques pépites parmi ses réalisations, auxquelles il ajoute des impros déjantées, et un hommage prodigieux à Léo Férré. Le Jazz est son univers, bien que cet univers, il l’ait découvert sur le tard. Jeremy Hababou a 17 ans lorsque son père achète un piano électrique et qu’il reprend l’instrument qu’il avait abandonné dix ans plus tôt. Il travaille dur et se perfectionne seul lorsqu’il découvre le bonheur de l’improvisation. « Le jazz est la musique des musiques en ce que chaque musicien peut et doit apporter sa personnalité, sa performance, son style » nous confie-t-il. Une fois l’uniforme de Tsahal rendu, il intègre le Centre d’étude de Jazz à Tel Aviv, parrainé par le contrebassiste Avishaï Cohen. Le jeune prodigue écume les bars et les salles de concerts, collabore avec la nouvelle vague de musiciens israéliens, conquière son premier public.

A contre-courant de l’Alyah des Français en Israël, le jeune homme quitte son bercail à Raanana et s’installe à 24 ans dans la capitale des Lumières, le pays de ses parents où il a vécu ses deux premières années. Puis, tout va vite : Jeremy Hababou est repéré par la chanteuse Anne Ducros qui l’invite à réaliser la première partie de ses concerts et il participe au prestigieux Concours International de Jazz de Montreux, duquel il termine finaliste. Comme l’aboutissement d’un rêve et le début d’un autre, plus grand, il compile ses compositions et accouche d’un premier album remarqué, le 20 mai dernier. Sans perdre de temps, deux semaines plus tard il se consacre déjà à la composition de son second opus, sous la production artistique du maître Eric Legnini qui mise sur lui – comme nous d’ailleurs.

Prochains concerts : Le 9 juin au Duc des Lombards à Paris, Le 24 Juillet au Cosmo Jazz de Chamonix et Le 31 Aout au Sunside Festival Pianissimo.

http://jeremyhababou.com/