Injures antisémites envers Alain Finkielkraut : jugement rendu ce vendredi  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Une place de Jérusalem inaugurée à Paris  |  Jérusalem: la France ouvre puis referme le Tombeau des rois après des incidents Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain « Field Hospital X », l’oeuvre de l’Israélienne Aya Ben Ron, présentée à la Biennale de Venise Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Votre formule (abonnement annuel)

5 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Le dernier numéro

Mai-Juin 2019

N° 676

Antisémitisme

Manuel Valls et Anne Hidalgo rendent hommage à Elie Wiesel

Photo Yonatan Sindel/Flash90

Le Premier ministre Manuel Valls a salué lundi Elie Wiesel, « un homme d’honneur attaché à l’honneur de l’homme », lors d’une cérémonie d’hommage organisée à l’Hôtel de ville de Paris.

« Elie Wiesel était une bonne conscience (..) un homme intègre, un homme d’honneur attaché à l’honneur de l’homme », a déclaré Manuel Valls devant de nombreuses personnalités réunies en hommage à l’écrivain disparu, notamment la maire de Paris Anne Hidalgo, le Grand rabbin de France Haïm Korsia, l’archevêque de Paris le cardinal André Vingt-trois, ou encore Izio Rosenman, qui fut compagnon de déportation d’Elie Wiesel.

« En parler est infaisable mais se taire est impossible: voilà l’immense paradoxe auquel Elie Wiesel a voulu tout a long de sa vie se confronter. Il fallait, pour cela, infiniment de talent » mais aussi « l’expérience totale de la souffrance » et « une foi inébranlable en l’homme », a affirmé Manuel Valls.

S’il « pensait en yiddish » et priait « en hébreu », Elie Wiesel « écrivait en français », une langue devenue pour lui « synonyme de liberté », a rappelé le Premier ministre. Une langue qui lui a permis de « dire l’horreur » et rompre « le silence » : « celui de la pudeur des victimes, de la mauvaise conscience de ceux qui n’avaient pas bougé, (..) ou au contraire furent des complices », a-t-il dit.

L’écrivain combattait aussi « les autres maux du monde » avec « un inépuisable sentiment de révolte contre l’injustice, l’indifférence, la lâcheté », a poursuivi M. Valls.

« Dans une époque faite de tant de fracas (..) Elie Wiesel savait nous rappeler à nos devoirs et à nos exigences », a-t-il dit, appelant à « poursuivre ses combats », notamment en s’engageant contre le groupe État Islamique en Syrie et en Irak, contre les « persécutions que subissent des peuples », ou en luttant contre « le racisme et l’antisémitisme », et « la théorie du complot ».

«Très émue », Anne Hidalgo a aussi salué « un immense humaniste », « conteur magnifique » et « intellectuel d’exception », resté « toute sa vie liée à la France et à Paris ».

«Nous pleurons un de ces êtres chers, rares, dans lesquels l’humanité entière se reflète », qui « a vécu dans sa chair l’éclipse de l’essentiel, notre humanité, et n’a cessé d’incarner cette humanité et de la défendre », a-t-elle dit.

Ont pris la parole également à cette cérémonie organisée avec l’Institut Elie Wiesel à Paris, David de Rothschild, président de la FMS, Jean-François Guthman, président de l’Osé et Edmond Elalouf, président de l’Institut.