Emmanuel Macron à l’Arche : « Il y a un rejet de ce que la gauche propose »  |  Le parler vrai de Didier Leschi  |  Martin Buber, la rencontre à l’origine de l’esprit  |  « Description d’un combat » de Chris Marker, Israël au temps de sa Bar Mitzvah

Le dernier numéro

janvier 2017

N° 664

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Que représente principalement pour vous Shimon Pérès ?

Loading ... Loading ...
Religion

Décès du Grand Rabbin Joseph Sitruk

L’ancien Grand rabbin de France Joseph Sitruk est décédé des suites d’une grave maladie. Il avait 71 ans.

Victime d’une attaque cérébrale en 2001 et malade depuis plusieurs années, Joseph Sitruk s’est éteint ce dimanche matin à l’hôpital, a-t-on appris dans l’entourage du grand rabbin de France Haïm Korsia, qui fut son collaborateur et a fait part de sa « tristesse et douleur immense ».

Un office d’hommage a eu lieu le soir même à la Grande synagogue de la Victoire à Paris.

Né à Tunis le 16 octobre 1944, il a exercé les fonctions de grand rabbin de 1987 à 2008.

Le président, François Hollande, a salué la mémoire d’un « homme de dialogue, défenseur de la laïcité, (…) une figure marquante du judaïsme français ».

« Beaucoup de tristesse au moment où j’apprends la disparition du Grand Rabbin Joseph Haïm Sitruk Zats’al. Il fut un maître et un ami », a tweeté Gilles Berheim, qui lui avait succédé de 2009 à 2013.

« Que sa mémoire soit bénie », a réagi le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). «  Il laissera une empreinte très profonde dans l’histoire et la vie du judaïsme français.

« Joseph Sitruk était une autorité morale et spirituelle qui forçait le respect et l’admiration de tous. Il œuvrait chaque jour à l’enseignement et la diffusion du judaïsme », affirme le Crif dans un communiqué.

Joël Mergui, le Président du Consistoire a salué un grand rabbin de France « dans toute sa splendeur ». Il a également salué son combat contre la maladie. « Il a montré tant de courage pour continuer à dispenser les valeurs qu’il portait en lui et tellement de courage pour se battre contre la maladie ».

L’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, se souvient « de longues discussions tout au long de ces années » et des « souvenirs de Tunisie » partagés.

Pour Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, chargé des Cultes, « tout au long de sa riche existence, Joseph Sitruk aura été, non seulement un homme d’étude et de foi, un intellectuel érudit, un bâtisseur des œuvres de la communauté juive, mais aussi un acteur du dialogue avec toutes les religions, un défenseur des valeurs de la République et un combattant infatigable de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ».

L’ancien chef de l’Etat Nicolas Sarkozy a estimé dans un tweet qu’ »avec la mort du grand rabbin de France Sitruk, la République perd une grande figure, ayant marqué durablement le judaïsme français ».

Adjoint du grand rabbin de Strasbourg à 26 ans, Joseph Sitruk devient dès 1975, à 31 ans, grand rabbin de Marseille, avant d’être élu grand rabbin de France pour un premier mandat de sept ans en 1987.