Emmanuel Macron à l’Arche : « Il y a un rejet de ce que la gauche propose »  |  Le parler vrai de Didier Leschi  |  Martin Buber, la rencontre à l’origine de l’esprit  |  « Description d’un combat » de Chris Marker, Israël au temps de sa Bar Mitzvah

Le dernier numéro

janvier 2017

N° 664

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Que représente principalement pour vous Shimon Pérès ?

Loading ... Loading ...
Antisémitisme

Cérémonie en mémoire des victimes de l’Hyper Cacher

Deux ans jour pour jour après l’attentat de l’Hyper Cacher qui a coûté la vie de quatre innocents, une cérémonie d’hommage était organisée en leur mémoire dans le XXème arrondissement de Paris. Anonymes et officiels se sont recueillis sur place, dignement et sous haute sécurité.

Pour commémorer le second anniversaire de la terrible prise d’otage qui a coûté la vie à Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada et Philippe Braham, une cérémonie d’hommage était organisée lundi soir à deux pas de l’Hyper Cacher. Une tente blanche était dressée de 18 à 22h pour accueillir ceux qui souhaitaient exprimer leur solidarité. Y déposer des gerbes de fleurs ou faire une minute de silence. Malgré le froid et la pluie battante de ce soir de janvier, les anonymes ont été nombreux à faire le déplacement.

L’hommage s’est organisé en deux temps : une cérémonie a d’abord eu lieu avec les familles des victimes, les anciens otages et des personnalités politiques. Les candidats à la présidence Manuel Valls et François Fillon, le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux et la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse figuraient parmi eux. Le président du Crif Francis Kalifat, du Président du Consistoire Joël Mergui et du Président du Fond social juif unifié Ariel Goldmann, représentaient les organisations juives. Cette cérémonie a été clôturée par le Kaddish et une prière pour la République, sous l’impulsion du Grand Rabbin de France, Haïm Korsia.

Important dispositif de sécurité

Dans un second temps, l’hommage a été ouvert au public. Une foule d’anonymes de tous les âges se sont recueilli devant les portraits des victimes. Pour allumer des cierges ou prier. Des jeunes en kippa portaient des drapeaux d’Israël sur les épaules. Brisant le silence, des personnes se sont naturellement mises à chanter. Ici la Marseillaise , là-bas « Evenou Shalom Halerem », un chant pour la paix en hébreu.

La communauté juive se sait être une cible privilégiée des attaques islamistes. Un dispositif de sécurité important a été déployé pour sécuriser les lieux : des dizaines de CRS bloquaient l’accès au métro et interdisaient le stationnement dans le secteur pour sécuriser la zone et contrôler les sacs.