La commémoration de l’attentat de Pittsburg  |  Israël terre de tourisme !  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy

Exposition du peintre Yoël Benharrouche

Lumières d’automne

Le cinéma, la littérature, la musique, la danse mais aussi la peinture. Les artistes fleurissent en Israël depuis deux décennies et acquièrent une renommée internationale. Parmi eux, le peintre Yoël Benharrouche, qui présente ses tableaux à la Galerie d’Art Elysées du 17 octobre au 4 novembre.

Le parcours de nombreux artistes prend souvent forme dans une valise, sans nécessairement épouser ses contours. A coups de voyages et de rencontres, collés comme des stickers d’étape sur cette valise, ils s’enrichissent des cheminements occasionés et désirés.

Né à Beer Sheva en 1961, Yoël Benharrouche grandit à Ashdod. Ses parents étant très croyants, il est initié à un jeune âge aux textes bibliques et étudie dans un Talmud torah. Des textes aux traits il n’y aura qu’un avion et quelques rêves rencontrés dans les cieux. Benharrouche atterrit à Nice où il tutoie les Beaux-Arts, de 1974 à 1985. Parallèlement, il poursuit ses études bibliques et enseigne le dessin à la Villa d’Arson.

Une rencontre marquera de façon déterminante son œuvre, celle de Jean-Louis et Nicole Azoulay. Ses inspirations se libèrent et se rencontrent à leur tour sur une toile. Couleurs et saveurs de Méditerranée, quête d’une nouvelle esthétique, et liant mystique de l’Homme à son entourage se côtoient pour ceux qui prennent le temps d’observer les traits de pinceaux qui se croisent.

En 1993, il effectue un retour en Israël. Loin des villes et du bruit, il choisit le désert comme fond de toile. C’est désormais à lui de dessiner ses propres contours. Au-delà des systèmes et préconfiguration, il rassemble les styles et surtout les gens. Une œuvre présentée à travers le Monde et dont l’amour et l’acceptation de l’autre et de ce qu’il apporté à autrui et à l’humanité guide le restant de ses voyages. Les cubistes, et d’autres grandes écoles du début du siècle dernier n’y sont pas pour rien. Et c’est à Paris que tout ce beau monde se retrouve le temps d’une exposition.

Du 17 octobre au 4 novembre 2012, exposition-rétrospective. 

La Galerie d’Art Elysées

26 avenue des Champs Elysées

75008 Paris