Le Crime cosmique  |  Roth, une vision certaine de l’Amérique  |  La Nouvelle donne  |  1915 : meurtres avec préméditation

Le dernier numéro

juillet 2018

N° 673

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Quelle actrice incarna le mieux à l'écran la mère juive contemporaine ?

Loading ... Loading ...

Bureau 06, l’enquête sur Eichmann

Parmi les documentaires projetés au Festival du Cinéma Israélien de Paris, on a pu voir cet étonnant film de Yoav Halevy consacré à l’équipe en charge de l’enquête sur Adolf  Einchmann.

Qui n’a pas entendu parler du procès Eichmann ? Sa capture par une équipe du Mossad en Argentine, comment il fut ramené en Israël, sa froideur, ce petit homme à lunettes dans sa cage de verre, l’émotion suscitée en Israël, la volonté de Ben Gourion d’en faire un événement pédagogique, l’émergence dans le pays de la question de la Shoah, la fameuse théorie de la banalité du mal par Hannah Arendt… mais qui sait ce qui se cache derrière ce procès, à savoir, son organisation, la récolte des preuves, le travail des enquêteurs sur le meurtre de six millions de Juifs… ?

Ce n’était pas un travail d’enquêteur de police, mais d’historien. 15 ans après la fin de la 2nde Guerre Mondiale, un des cerveaux de l’extermination des Juifs se trouvait entre les mains de ses victimes. Une équipe de choc est mise sur pied, tous policiers, tous parlent allemand, chacun s’occupe d’un pays d’Europe, l’un d’eux est préposé aux documents ayant trait à Eichmann et le gaz… Pendant 9 mois, 6 jours sur 7, jusqu’à 18 heures par jour, ils lisent, s’instruisent, découvrent des horreurs, tant et plus, reçoivent des témoignages de Juifs du monde entier. Ce sont eux les véritables architectes du procès.

L’un d’eux, en raison de l’excellence de son allemand, est chargé d’interroger Eichmann. Il passe ainsi de nombreuses heures enfermé avec lui, à l’écouter plus qu’à l’interroger. Car Eichmann a beaucoup parlé, mettant au service de l’équipe des heures et des heures d’enregistrement, dûment retranscrites. C’est un face-à-face d’égal à égal : les deux hommes ont le même grade dans la hiérarchie militaire, Eichmann donne sans cesse du « Jawohl, Herr Hauptmannquelque chose » à son interlocuteur. Discipliné. Hitler lui dit d’exterminer, c’est son supérieur, il extermine. Quand il demande à l’Israélien s’il a des parents, des frères et sœurs, l’homme lui répond que son père a été déporté par les nazis ; Eichmann lui répond : « Mais c’est horrible ! C’est horrible ! »

On n’y comprendra jamais rien.