Le Crime cosmique  |  Roth, une vision certaine de l’Amérique  |  La Nouvelle donne  |  1915 : meurtres avec préméditation

Le dernier numéro

juillet 2018

N° 673

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Quelle actrice incarna le mieux à l'écran la mère juive contemporaine ?

Loading ... Loading ...

1973, Journal de guerre de Vincent de Cointet

Vincent de Cointet, journaliste et réalisateur, revient sur la guerre de Kippour, traumatisme national en Israël, en se concentrant sur les dirigeants de l’époque, la volonté inflexible de Sadate de récupérer le Sinaï, l’aveuglement criminel de Golda Meir et Moché Dayan, l’erreur de jugement d’Henry Kissinger.

1967. Après l’attaque conjointe de l’Egypte, de la Syrie et de la Jordanie, Israël sort vainqueur et récupère Jérusalem-Est, la Cisjordanie, le plateau du Golan et le Sinaï. Les Israéliens installent la ligne Bar-Lev le long du canal de Suez, constituée de bunkers fortifiés. En Israël, c’est la liesse et le début d’une ère d’insouciance.

1969. Anouar el-Sadate est élu Président de la République égyptienne. Les Egyptiens n’ont jamais supporté de se voir amputés du SinaÏ. Lors d’une interview télévisée, il déclare que l’Egypte ne capitulera jamais. Il est entendu par un diplomate aux Nations Unies, qui rédige un accord entre l’Egypte et Israël et le soumet à Sadate, qui l’entérine. Golda rejette l’accord, qui stipule qu’Israël rende le Sinaï à l’Egypte en échange de la promesse égyptienne de ne pas attaquer Israël ; elle ne fait pas confiance aux Egyptiens, et préfère conserver le Sinaï comme zone tampon. Le documentaire s’attache à montrer l’échec des tractations diplomatiques, qui poussèrent Sadate, acculé par son peuple, à déclarer la guerre à Israël.

Il rencontre Brejnev pour le persuader de lui vendre des avions Mig, dont l’armée égyptienne a besoin afin d’asseoir sa suprématie dès les premières heures de l’attaque ; il rencontre Kissinger pour lui demander de convaincre les Israéliens d’accepter de rendre le Sinaï. Golda est inflexible ; la guerre est inévitable. Elle était prévue, Sadate ne cachait pas ses intentions, les Israéliens l’ont sous-estimé. Informés par un espion proche du gouvernement égyptien, ils refusent d’y croire. Golda Meir était parfaitement au courant de la date de l’attaque. Mais les Israéliens étaient liés par une promesse faite aux Etas-Unis de ne pas attaquer les premiers. Pas d’attaque préventive ! De plus, ils ne croient pas à cette guerre, malgré toutes les informations dont ils disposent.

Cet aveuglement coûtera la vie à 3000 Israéliens. Attaqués le 6 octobre, jour de Kippour par l’Egypte et la Syrie, Israël met trop de temps à rappeler ses réservistes, qui forment le gros de Tsahal. Les premiers jours sont catastrophiques : la ligne Bar-Lev est anéantie, les Israéliens massacrés. L’armée égyptienne avance. Puis s’arrête au bout de 7 kms. Ni Sadate ni Assad ne voulaient rayer Israël de la carte : ils voulaient juste récupérer leurs territoires perdus en 1967. En Israël, c’est la panique : Golda et Dayan sont tellement surpris par l’attaque qu’ils pensent que la fin d’Israël est arrivée. Ils parviennent à convaincre Kissinger du danger, et mettent en place un pont aérien d’armes. Puis, contre toute attente, Sadate commet une erreur : pour redonner confiance à son allié syrien, qui rencontre une forte résistance sur le Golan, il fait avancer ses troupes, contre l’avis de son général en chef, qui sait que si les tanks égyptiens s’enfoncent plus avant dans le Sinaï, ils se retrouveront à la merci de l’aviation israélienne. Sadate s’entête, et cette décision irréfléchie marquera un tournant décisif dans la guerre de Kippour. Le 14 octobre, les tanks égyptiens s’avancent et se font décimer par Tsahal ; l’armée israélienne reprend du poil de la bête, Ariel Sharon s’en mêle, jette un pont sur le canal de Suez, avance en Egypte. Le vent a tourné, l’armée égyptienne est défaite, un cessez-le-feu sera bientôt déclaré, et une crise politique majeure éclatera en Israël.

Le documentaire s’achève sur la visite de Sadate en Israël, en 1977. Très souriant, riant volontiers, côte-à-côte avec Golda Meir. Leur entêtement et leur aveuglement ont provoqué une guerre dont Israël ne s’est pas encore totalement remise.