Israël terre de tourisme !  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Un sommet inaugural de la lutte contre l’antisémitisme à Bucarest  |  Révolte au Soudan : « Les démocrates soudanais ne pourront compter que sur leur propre génie démocratique » 15ème édition du Festival des Cultures Juives du 13 au 23 juin 2019 ! Pierre Goldman ou la découverte d’un écrivain Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy
ABONNEZ-VOUS DÈS MAINTENANT

Pour 50€ par an recevez
5 numéros + 1 hors-série


Nos modes de paiement proposés

Par carte bleueAvec PaypalPar chèque

Le dernier numéro

Septembre-Octobre 2019

N° 677

Un mécène méconnu

Le Palais lumière d’Evian consacre une exposition au baron Joseph Vitta, un grand collectionneur de la Belle Epoque.

 

C’est en toute discrétion que le baron Vitta mourut le 29 décembre 1942 au Breuil, dans l’Allier, affaibli par une thrombose et tourmenté par la guerre qui faisait de lui un Juif étranger expulsable. A 82 ans, il laissait le souvenir d’une collection de plus d’un millier de pièces dont il s’était délesté depuis près de vingt ans par des ventes et surtout des dons. Une grande partie a ainsi était offerte au musée de Beaux-Arts de Nice, ville où il avait longtemps demeuré, comprenant de nombreux tableaux de son ami Jules Chéret dont il avait épousé l’un des modèles, Malvina Bléquette.

Joseph, fils de Jonas Vitta, avait hérité de la fortune de son père et du goût pour le beau que Jonas partageait avec son frère Emilio. Ces derniers accumulèrent déjà une splendide collection d’œuvres dont les plus anciennes dataient de l’Antiquité.

Les Vitta, banquiers et négociants en soie, étaient originaires de Casale Monferrato dans le Piémont. Ils s’installèrent à Lyon en 1846 où Jonas fit construire un magnifique hôtel particulier, actuellement hôtel du Gouverneur. Les Vitta étaient désireux de s’intégrer dans une société européenne esthète comme d’autres familles juives telles les Rothschild auquel Joseph était apparenté par sa mère, Hélène Oppenheim. Joseph et sa sœur Fanny développèrent les collections de leur père et de leur oncle notamment en faisant achever la construction de la villa La Sapinière à Evian. Si le mobilier a été dispersé, la salle à manger, la salle de billard, l’entrée et l’escalier ont été préservés et constituent de beaux exemples des arts décoratifs de la Belle Epoque mêlant avec douceur impressionnisme, art nouveau et symbolisme.

Discrets, les Vitta appartenaient cependant la haute société comme en témoigne les invités au mariage de Fanny et d’Aaron Edouard Foan, explorateur et géographe, le 18 septembre 1899. La cérémonie, bénie par le grand rabbin Lévy Kahn, réunit notamment Adolphe de Rothschild, le prince et la princesse de Brancovan, le comte et la comtesse Matthieu de Noailles, la comtesse Alexandre de Charaman-Chimay et Marcel Proust. Le mariage fut célébré à la villa La Sapinière dont Fanny fit don en 1947. C’est aujourd’hui un lieu de formation pour handicapés.

A quelques kilomètres de là, le Palais Lumière consacre jusqu’au 1er juin une exposition au baron Vitta. On découvre ses origines, sa vie et ses relations avec des artistes comme Rodin, l’univers esthétique dans lequel il a baigné, l’histoire de la Sapinière et bien sûr des pièces de sa collection qui ont pu être réunies. On peut admirer notamment des dessins de Delacroix et Ingres, des œuvres asiatiques du XVIIIe siècle, tableaux, sculptures mais aussi objets et meubles signés Rodin, Félix Bracquemont, Jules Chéret, Paul Albert Besnard ou encore Alexandre Charpentier. Ce sont les artistes que Joseph Vitta affectionnait particulièrement et à qui il passa des commandes notamment pour la Sapinière.

Le baron Vitta prêtait régulièrement des pièces de sa collection et surtout, peu à peu, à partir de 1924 multiplia dons et ventes de ses trésors. Il vendit ainsi La Mort de Sardanapale au Louvre tout en participant à la souscription pour l’acquérir. Si le baron est resté loin de mouvements plus modernes comme l’École de Paris sa collection permet de remettre à l’honneur des figures un peu oubliées comme Jules Chéret dont la palette de coloris pastel étonnante, une expression du mouvement toute particulière et des thèmes, notamment le carnaval, n’en demeurent pas moins originaux.

Joseph Vitta appartient à cette lignée de mécènes qui ont participé à enrichir le monde de l’art et les musées. Les travaux des commissaires de l’exposition, William Saadé et de François Blanchetière, et des spécialistes ayant collaboré au riche catalogue réalisé à cette occasion est un grand pas réalisé pour faire revivre la mémoire de ce baron humaniste et généreux.

« Joseph Vitta, passion de collection » jusqu’au 1er juin 2014

Palais Lumière d’Evian, Quai Albert Besson

www.ville-evian.fr  Réservations : 04 50 83 10 19

Visite guidée de La Sapinière les mercredis après-midi et vendredi matin.