La commémoration de l’attentat de Pittsburg  |  Israël terre de tourisme !  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy
Sorties

A Genève, les femmes sont à l’honneur

Rencontre avec Anita Halasz, responsable des activités culturelles au CIG et l’organisatrice de la journée qui aura pour thème cette année Les Femmes juives.

 

L’Arche : Comment se déroule l’organisation de la Journée Européenne de la Culture Juive à Genève ?

Anita Halasz : La Communauté Israélite de Genève (CIG) coorganise chaque année la Journée Européenne de la Culture Juive avec la Communauté Israélite Libérale de Genève (GIL), en collaboration avec le Musée juif de Suisse à Bâle qui coordonne les programmes des différentes communautés juives de Suisse. Chacune des deux communautés a certes un programme distinct, mais nous veillons entre partenaires à garder une certaine cohérence au niveau des thèmes abordés et des horaires dans les programmes respectifs.

Qu’est ce qui a motivé le choix de Léa Lando et du one-woman show dans la programmation ?

Le thème de cette année est la femme dans le judaïsme. Or, le GIL a décidé d’aborder ce thème sous l’angle de l’humour, en invitant la comédienne Guila Clara Kessous à donner une conférence sur les femmes juives et l’humour. Aussi, dans un souci de cohérence, nous avons souhaité rebondir sur ce thème en présentant un one-woman show. Pourquoi Léa Lando ? Parce qu’elle est une jeune femme  très en phase avec son temps, pétillante et branchée et elle garde ce je ne sais quoi d’autodérision qui est tellement caractéristique de l’humour juif. D’ailleurs, Léa a été mentionnée en des termes très élogieux dans la presse ces derniers mois ; elle m’a également été chaudement recommandée par le directeur d’un des centres culturels français qui l’avait reçue dans son centre. J’ai donc pris contact avec Léa et heureusement qu’elle était libre à cette date ! Et nous avons la chance d’avoir un nouveau partenaire qui a été séduit par le show, l’Association des Amis de la Musique Juive (AMJ) avec lesquels nous nous réjouissons de présenter Léa au public genevois qui la connaît manifestement moins bien que le public français.

Pouvez-vous nous parler du parcours organisé dans Genève ?

Nous organisons chaque année dans le cadre de la Journée Européenne de la Culture Juive un volet dédié à la découverte du patrimoine juif genevois qui est d’une richesse inépuisable. Les visites sont assurées par Jean Plançon, qui est le gardien des cimetières israélites de Carouge et de Veyrier, mais également historien, spécialiste de l’Histoire de la communauté juive de Genève et de Carouge. Afin de rester dans la thématique 2014, Jean a concocté un parcours qui met à l’honneur les femmes et les familles juives qui ont marqué la Cité. Ce sera l’occasion de parcourir les rues de Genève et de (re)découvrir ensemble l’histoire de ces femmes universitaires, femmes d’affaires ou militantes associatives, ainsi que les grandes familles juives, autant d’acteurs qui ont changé le visage de Genève. Jean abordera également, en passant, d’autres thèmes liés à l’Histoire des Juifs à Genève – comme par exemple l’arrivée des séfarades ottomans à Genève.

Pour plus d’informations, allez sur www.comisra.ch