La commémoration de l’attentat de Pittsburg  |  Israël terre de tourisme !  |  « Les défenseuses du burkini n’ont rien compris : Rosa Parks, c’est l’émancipation! »  |  Le monde change. L’Arche aussi. L’édito de Paule-Henriette Lévy
Sorties

Ne les oublions jamais

A l’occasion du 70e anniversaire de la libération des camps, la mairie du 13e arrondissement propose deux expositions à la suite jusqu’au 15 mai. Il s’agit d’« Enfants juifs à Paris, 1939 – 1945 » et « A la mémoire des enfants juifs déportés du 13e ».

 

Ces deux expositions vont permettre aux élèves scolarisées notamment de découvrir le quotidien des enfants juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Cela grâce au partenariat entre l’Education Nationale, la mairie du XIIIe, l’association « l’Enfant et la Shoah – Yad Layeled » ainsi que l’Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés du 13e que ce projet a pu voir le jour.

« Enfants juifs à Paris, 1939 – 1945 »  : Faite de manière chronologique et thématique, l’exposition fait un compte rendu de la vie quotidienne de ces enfants.

Dans cette exposition nous sont présentés des photographies, mais aussi des croquis notamment « Arrivée des enfants » où l’on voit des policiers de dos regardant des enfants sortir des trains la tête rivée vers le sol..

L’exposition rend aussi hommage à ceux qui les ont aidés : les Justes, comme les époux Paul et Augustine Fiket. Les réseaux de sauvetage et de solidarité des parisiens ont été déterminants dans la protection contre les rafles dont 11 400 enfants ont été victimes.

Grâce à la solidarité des réseaux juifs de sauvetage renforcé par la solidarité de personnes non-juives : 10 000 enfants juifs parisiens ont ainsi pu être sauvé.

« A la mémoire des enfants juifs déportés du 13e » : l’association AMEJD du 13e a effectué un travail de 10 ans pour recenser tous les enfants juifs qui vivaient dans le 13e sous l’occupation et qui ont été déportés. Serge Klarsfeld a participé aux recherches. Ainsi, 233 enfants ont été identifiés. Cette action s’est matérialisée par la pose de plaques commémoratives dans les écoles de l’arrondissement et l’installation de la stèle dans le parc de Choisy.

Dans cette seconde exposition, nous sont présentés des photographies de plaques de commémorations et une allocution de Jérôme Coumet, maire du 13e arrondissement est également présentée. Le maire y explique le devoir de mémoire envers les 11 400 juifs déportés. « L’histoire nous apprend, en effet, que la barbarie n’a ni visage identifié, ni frontière… Alors les enfants, ne les oubliez pas et n’oubliez jamais ce qui s’est passé il y a 70 ans ».

On y trouve également une lettre d’Henri Borlant, le seul survivant des 6 000 enfants juifs déportés de France à Auschwitz en 1942. Il avait 15 ans lorsqu’il a été déporté à Auschwitz.

Le jeudi 21 mai, Henri Borlant participera à une conférence témoignage à la mairie du 13e et signera son ouvrage « Merci d’avoir survécu » paru en 2011 aux éditions Seuil.