Simone Veil, parmi les maîtres d’espérance de la Nation  |  Le Crime cosmique  |  Roth, une vision certaine de l’Amérique  |  La Nouvelle donne 1915 : meurtres avec préméditation

Le dernier numéro

juillet 2018

N° 673

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Quelle actrice incarna le mieux à l'écran la mère juive contemporaine ?

Loading ... Loading ...

De l’art de recadrer les hommes…

Aussi bien en France qu’aux Etats-Unis, les hommes ont pris beaucoup de temps avant d’accepter qu’une femme puisse faire rire et pire se moquer d’eux. Suite à l’ouverture très tardive de la chape de plomb concernant le harcèlement des femmes dans les milieux artistiques, religieux et intellectuels, nous avons souhaité demander l’avis de Léa Lando, une humoriste qui tutoie depuis longtemps les rapports hommes-femmes et leurs paradoxes.

 

L’Arche : Le harcèlement dont sont victimes les femmes au quotidien et les affaires récentes sont-ils des thèmes présents dans votre spectacle ?

Lea Lando : Je ne parle pas de Harvey Weinstein en particulier. D’une part parce que je préfère éviter de faire de la pub gratuite à des gens qui n’en valent pas la peine et d’autre part parce que les généralités permettent aux spectateurs de mieux s’identifier. Je parle évidemment de l’importance qu’ont pris les réseaux sociaux dans nos vies. Et du fait qu’il existe encore trop d’inégalités en matière de séduction entre les hommes et les femmes. Par exemple, je dis que les hommes n’ont jamais su cadrer une photo, parce qu’à chaque fois qu’ils nous en envoient une, on y voit que leur sexe !


Le monde des humoristes a pris beaucoup de temps aussi bien aux USA qu’en France à accepter les femmes. Pour quelles raisons ?

Parce qu’on garde toujours le meilleur pour la fin ! (rires). Je crois que c’est le cas dans tous les corps de métiers malheureusement. Il est encore très difficile pour les femmes de faire leur trou. Souvent réduites au seul « métier » de mère de famille ou d’épouse dans l’esprit de beaucoup. Mais je suis heureuse de voir que ça change et que l’on parvienne graduellement à nous imposer. Le cinéma aussi manque cruellement de femmes à la réalisation. Je vais essayer aussi de m’y atteler. Et pourtant, quand on creuse dans les archives et si l’on regarde ce brillant documentaire des soeurs Kuperbgerg Et la femme créa Hollywood, on voit bien que les femmes sont à l’origine de tout. Le cinéma a été créé par les femmes d’abord. Mises ensuite sur la touche par de riches hommes d’affaires. Et si ça se trouve, même en humour, peut-être que les premiers stand upper ont piqué l’humour de leurs femmes ! (Rires)

Les hommes acceptent-ils mieux aujourd’hui qu’une femme les fasse rire, même à leur dépens ?

Pour être honnête, ils n’ont plus vraiment le choix ! Dans l’humour actuel, les femmes ont pris une vraie place. Et leur humour est de plus en plus sarcastique. Les hommes en prennent souvent pour leur grade. J’avoue que je ne m’en prive pas non plus dans mon spectacle. Mais je termine toujours par cette phrase « Qui aime bien, châtie bien ! « . A bon entendeur… Venez !!!

 

Retrouvez Léa Lando les mercredis à 20h à la Comédie des Boulevards, 39 rue du Sentier, 75002 Paris.