Gérard Collomb : « Il faut mener le combat pour sanctionner les auteurs d’actes et de paroles antisémites »  |  14 mai 1948 – 14 mai 2018 : « J’aime Israël » à Paris  | 

Le dernier numéro

avril 2018

N° 671

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Quelle actrice incarna le mieux à l'écran la mère juive contemporaine ?

Loading ... Loading ...

1914-1918 : la victoire en lisant

À l’occasion du centenaire de la fin de la Grande Guerre, le journaliste et écrivain Alberto Toscano ainsi que la Mairie du 9ème arrondissement de Paris, vous proposent de remonter le temps, à travers une exposition historique inédite composée de 150 journaux originaux retraçant l’année 1918.

Véritable plongée au cœur de la grande Histoire, l’évènement a été conçu sur la base de la collection privée d’Alberto Toscano, commissaire de l’exposition. Cette dernière permet de consulter des dizaines de Unes de presse d’époque et d’étudier les mots des journalistes qui ont eu pour mission de couvrir la “Grande Guerre”. “En 1918, la censure s’est un peu relâchée. Elle permet un peu plus. Il fallait une soupape pour évacuer les tensions, les rancunes et cette soupape a été véhiculé en partie par la presse de l’époque”, expose Toscano au groupe de curieux venus suivre l’une de ses visites organisées.

L’exposition s’étend sur quatre grands espaces aux murs retapissés des coupures de l’Excelsior, grand quotidien du début du XXème siècle, disparu en juin 1940, de l’ancêtre du journal Le Monde, Le Temps, du Canard Enchaîné, fondé en 1915, de dessins de presse, de quelques titres d’une Allemagne pas encore nazie et de documents rares de médias américains comme le New York Times.
De cette presse déjà gourmande de scandales, c’est le ton pédagogique, l’humour et toute l’ironie d’une génération qui transparaissent. Ici, un appel à instituer le 4 juillet américain en fête nationale française, là, des titres d’une modernité saisissante ou d’une étrangeté glaçante : cette collection savamment agencée est aussi une exposition sur l’histoire de la presse, de ces techniques, de ses multiples façons de pratiquer le journalisme.
La génèse du projet est le fruit de discussions entre Delphine Bürkli, Maire du 9ème arrondissement et d’Alberto Toscano. Tous deux passionnés d’Histoire, il ne s’agit pas de leur premier coup d’essai. En 2016, ils avaient déjà porté ensemble un projet nommé “36-37, l’œil de la presse française”. La guerre d’Espagne, les grandes grèves de 1936, le Front Populaire, l’exposition universelle de 1937, l’affaire Salengro, les premiers congés payés, ces événements marquants de l’Histoire française et internationale avaient déjà été l’objet d’une exposition au sein de la mairie.

Pour Delphine Bürkli, ce renouvellement d’expérience est issu de leurs échanges. “Se retourner sur notre passé pour comprendre le présent est essentiel et la collection d’archives de presse d’Alberto est impressionnante. Il a également beaucoup travaillé sur la scénarisation, en véritable commissaire. Toutes ces Unes permettent de s’émouvoir et de comprendre tous les changements fondamentaux qui ont eu lieu lors de ce conflit. Ces Unes constituent la petite histoire dans la grande.”

 

Si l’idée de commémoration autour de mai 1968 occupe à l’heure actuelle les esprits, c’est bien cette année 1918 que le duo a choisi d’approcher au plus près. Pourquoi ? “L’année 1918 a changé le monde, mai 1968 m’a changé moi”, glisse en aparté Alberto Toscano entre deux salles. Et c’est bien à lui que revient la décision de ce choix éditorial : “Lorsque nous réfléchissions à un nouvel évènement, oui, il m’a tout de suite affirmé que l’année 1918 était plus importante. Il avait raison. Ce n’est pas la même échelle, pas la même dimension. Ce qui s’est joué en 14-18 a marqué l’avènement du siècle le plus sanglant de l’Histoire, cette déchirure continue de façonner notre monde. Cela nous a construit, en occident, tels que nous sommes. Mai 1968, c’est un changement de paradigme, l’affirmation individualiste, mais rien à voir avec cette grande convulsion. L’exposition connait un succès rejouissant, notamment auprès des jeunes. Il faut dire qu’Alberto est un formidable conteur, c’est génial pour les visites guidées”.

 

Ces visites ont lieu les mardis et jeudi matin avec ce dernier, jusqu’au 3 février.

Aline Le Bail-Kremer

 1918, l’année de la victoire dans le regard de la presse. Collection du journaliste et écrivain Alberto Toscano.

Mairie du 9e arrondissement de Paris. 6 rue Drouot.
Entrée gratuite. Inscription préalable pour les visites guidées sur :
https://www.mairie09.paris.fr