Simone Veil, parmi les maîtres d’espérance de la Nation  |  Le Crime cosmique  |  Roth, une vision certaine de l’Amérique  |  La Nouvelle donne 1915 : meurtres avec préméditation

Le dernier numéro

juillet 2018

N° 673

Votre formule (abonnement annuel)

6 numéros par an

A partir du numéro

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'abonnement.

Quelle actrice incarna le mieux à l'écran la mère juive contemporaine ?

Loading ... Loading ...

Décès de Robert Assaraf

Robert Assaraf s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi 5 mars à l’hôpital Beilinson en Israël. Il était installé à Ramat Hasharon depuis quelques années.
Né à Rabat, c’était une figure du judaïsme marocain. Il a travaillé au lendemain de l’indépendance du Maroc avec Ahmed Reda Guedira, conseiller du Roi avant d’être nommé directeur de l’ONA (Omnium nord-africain). Fondateur du centre international de recherche sur les juifs du Maroc, il devient président de l’Union mondiale du judaïsme marocain.
Il a été jusqu’à ces dernières années Président de Radio Shalom, dont il assurait pour les auditeurs une revue de presse quotidienne et une participation à un Forum des auditeurs. Il a été aussi Président du Conseil de surveillance du magazine « Marianne » dont il a été, aux côtés de Jean-François Kahn, un des fondateurs.
Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés aux juifs du Maroc, et laisse à tous ses proches et tous ceux qui l’ont connu le souvenir d’un homme élégant, d’une grande bonté et curiosité, attentif à chacun et généreux de son temps et de sa fortune pour toutes les causes qui lui paraissaient importantes et pour lesquels il s’engageait tout entier.
Les obsèques ont lieu ce mardi. Robert Assaraf sera enterré au cimetière d’Ashdod.
A sa femme, à sa fille, à ses petits-enfants, à son frère, L’Arche tient à présenter ses condoléances et son amitié.